Une production de micro-pousses dans l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal!

Produire de manière responsable et durable est, depuis la création de Paysage Solidaire, le fer de lance du projet. Mais comment continuer à produire après la saison estivale avec le climat québécois que l’on connaît?  Rien de plus simple! Nous avons développé un partenariat avec l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal (IUSMM- faisant partie du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal) afin de produire des micro-pousses dans des locaux sous-utilisés, assurant ainsi une production à l’année.

L’agriculture urbaine toute l’année? C’est possible!

Depuis 2 saisons maintenant, Paysage Solidaire opère un virage significatif dans sa mission. Les cultures en bacs sur des terrains minéralisés ont peu à peu fait place à une production intensive en pleine terre qui assure des récoltes de plus d’une tonne de fruits et légumes, 5 mois par année, de juin à la fin octobre. Produire pendant les mois d’hiver pose en revanche de nouveaux défis à relever. La solution intuitive serait d’installer des serres sur les sites de production, mais l’équipe de Paysage Solidaire a trouvé une autre solution, plus inusitée. Pas d’investissement matériel, mais plutôt une collaboration.

Pour Paysage Solidaire, c’est la mobilisation des acteurs institutionnels qui est vectrice d’innovation. Au fil des ans, des institutions ont adhéré aux valeurs et à la mission de Paysage Solidaire. Par exemple, la Société des Alcools du Québec (SAQ) et le CHSLD Rousselot (CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal) sont les deux grands partenaires de Paysage Solidaire depuis 2014. Ils donnent accès à leurs terrains, autrefois sous-utilisés, et nous permettent de les transformer en lieu de production maraîchère. Depuis la fin de l’année 2017, l’IUSMM (CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal) a rejoint le mouvement en nous prêtant un nouveau site de production extérieure et, surtout, des locaux pour augmenter notre capacité de production intérieure!

 

Un potentiel de production en expansion

Nous avions commencé la production de micro-pousses en phase pilote l’année dernière dans les locaux de l’Éco-quartier Mercier–Hochelaga-Maisonneuve mais ce nouveau partenariat permet à Paysage Solidaire de voir bien plus grand. Avec un potentiel de produire plus de 350 plateaux par semaine (annuellement, jusqu’à 27 000 pieds carrés potentiels en culture, un plateau à la fois, soit 6 fois plus que notre capacité de 2017!), la production de micro-pousses s’inscrit désormais solidement dans le projet. Ce nouveau développement permet à Paysage Solidaire d’élargir son rayon d’action et de diversifier sa clientèle, qui est maintenant constituée d’entreprises privées, d’organismes communautaires et d’institutions publiques.

 

Des enjeux multiples

Le volet de micro-pousses de Paysage Solidaire permet de répondre à plusieurs enjeux :

Environnementaux 

La production de micro-pousses est facile et nécessite très peu d’espace, ce qui prend tout son sens en ville, où les espaces libres se font rares. Nous croyons que les micro-pousses sont des substituts très prometteurs pour les Québécois-es en hiver, durant lequel la plupart des verdures sont importées de Californie ou du Mexique. La production en ville permet de réduire drastiquement la distance parcourue des aliments, et donc les gaz à effet de serre (GES) associés. L’utilisation de semences et de substrat biologiques garantit un impact environnemental largement réduit en amont de la production.

De santé 

De plus, les bienfaits des micro-pousses pour la santé ont été mis de l’avant par une équipe de recherche de l’université du Maryland. Depuis sa création, Paysage Solidaire a toujours promu une alimentation saine. Nous ajoutons maintenant les micro-pousses à nos légumes cultivés de façon biologique.

Sociaux 

Avec ce site de production à même l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal, Paysage Solidaire continue de développer sa mission d’insertion socioprofessionnelle. Ainsi, nous avons commencé à accueillir un patient de l’institut, qui nous aide pour la production et la mise en marché des micro-pousses. Pour Vincent, cette implication bénévole est une belle opportunité de s’engager dans un projet ludique et original. C’est aussi un moyen de l’outiller afin de développer ses compétences et de s’insérer progressivement sur le marché du travail, là où il peut rencontrer des difficultés dans une structure privée :« on l’engagerait bien, mais il oublie trop souvent des affaires» raconte Vincent, en citant l’un de ses superviseurs d’une expérience de travail précédente.  Pour les patients, cette nouvelle opportunité est une manière de briser la monotonie du quotidien et de participer à un projet où ils font une différence : « les gens ont besoin de changer de cadre. Certains ne peuvent pas sortir, alors le fait d’avoir cela sur place ouvre de nouvelles possibilités. ». Comme Vincent, nous voyons un grand potentiel des bienfaits de ce genre d’implication pour les patients, et espérons développer cela davantage dans un futur proche avec d’autres.

Économiques 

Paysage Solidaire est l’un des projets d’économie sociale de Y’a QuelQu’un l’aut’bord du mur. Cela signifie que la réalisation des projets dépend à la fois de subventions et de revenus autogénérés. Les micro-pousses vendues permettent à Paysage Solidaire de dégager des revenus qui sont réinjectés dans le projet afin de soutenir la communauté, par la production de légumes pour des organismes en sécurité alimentaire de l’arrondissement par exemple. La production de micro-pousses est l’une des clés d’une rentabilité économique et de la pérennité du projet.

micro-pousses à l'institut de santé mentale à montréal

Un modèle de partenariat innovant à suivre  

Cette collaboration avec une aussi grande institution ouvre de nouvelles perspectives pour des organismes communautaires, souvent en manque de ressources pour la réalisation de nouveaux projets. Le projet de partenariat repose sur un principe simple, un échange de service, où Paysage Solidaire met à contribution son expertise pour développer un site de production intérieure et favorise l’accueil de patients au sein de son projet. De son côté, l’Institut universitaire met des locaux non utilisés à disposition du projet. Enfin, notre volonté de développer des circuits courts continue, alors quoi de mieux que de réaliser directement une vente sur place pour les employés-es et les patients-es! Une vente de micro-pousses est organisée chaque semaine, et l’engouement est au rendez-vous. Ce partenariat n’en est qu’à ces débuts, mais il est prometteur !

Pour en savoir plus sur notre production de micro-pousses, consulter notre page Web…