L’équipe de Paysage Solidaire a comme mission de produire des aliments localement et de façon écologique. Mais nous voulons également sensibiliser les gens à la possibilité de cultiver soi-même ses aliments. C’est pourquoi nous vous partageons un brin de notre savoir-faire sur comment produire des micro-pousses. Il existe plusieurs méthodes pour cultiver les micro-pousses, que ce soit la culture verticale, l’hydroponie ou autre. Chez Paysage Solidaire, nous utilisons des techniques plus traditionnelles, en plateaux et sous néons. Pourquoi ? Premièrement, nous avons la chance d’avoir un espace de production suffisamment grand pour produire ainsi. Deuxièmement, nous avons choisi d’utiliser des matériaux récupérés et inutilisés par nos partenaires pour bâtir nos installations. Nous essayons ainsi, et en perpétuité, de réduire l’empreinte écologique de notre production.

 comment produire des micro-pousses

Mais au fait, qu’est-ce qu’on appelle « micro-pousse »?

Les « micro-pousses » et « germinations » sont parfois mises dans le même panier, et la distinction n’est pas forcément évidente. Les germinations correspondent au premier stade de croissance de la plante, au développement du système racinaire. Sont alors mangés la graine et ses racines. La micro-pousse est en fait un semis de plante rendu à la phase post-germination, lorsque le plant développe ses premières feuilles, les cotylédons. C’est le stade à partir duquel la jeune pousse commence à faire de la photosynthèse et amorce sa croissance, pour devenir plus tard, un plant mature. Les micro-pousses sont mangées soit au stade des cotylédons, soit au stade des premières vraies feuilles, dépendamment du produit final désiré, et des variétés. Le système racinaire lui, n’est pas mangé.

Choisir son substrat de culture

Plusieurs substrats sont utilisés pour la culture de micro-pousses, notamment du terreau, de la fibre de noix de coco ou de la laine de roche. Chez Paysage Solidaire, on utilise un terreau biologique, qui sera ensuite composté une fois la récolte faite, puis réutilisé dans les jardins de production. Le terreau doit être le plus fin possible, pour s’assurer d’avoir une surface de semis la plus uniforme qui soit.

Les semences, choix et semis

En adéquation avec nos valeurs d’entreprise, nous trouvons PRIMORDIAL d’utiliser des semences (ou graines) biologiques ou non traitées pour réaliser nos micro-pousses. Les semences utilisées dans l’agriculture conventionnelle sont souvent enrobées afin d’être protégées de parasites vivants et de germes pathogènes. Manger les jeunes plants issus de ces graines serait significatif d’ingurgiter ces produits!

Les semis sont faits sur un terreau humide, dans des plateaux standards, de manière uniforme afin de garantir une densité compacte lorsque les pousses seront arrivées à maturité. L’idée est de maximiser la quantité de micro-pousses récoltées par plateau.

Le stade de germination

Avant d’arriver au stade de micro-pousse, la plante passe par la phase de germination : une éclosion de la semence. Pour avoir un bon taux de germination (pourcentage des semences qui vont éclore), les paramètres doivent être optimaux. À ce stade, il est important de maintenir une certaine température et un taux d’humidité élevé. La production intérieure nous permet de contrôler ces deux paramètres et d’avoir un taux de germination maximal et constant, semaine après semaine. Une production extérieure est beaucoup plus délicate à gérer, étant donné des variations importantes de température et d’humidité au courant de la journée, et des saisons. Selon la variété, la germination prendra de 1 à 7 jours. Pour cette période de germination, il n’est pas nécessaire de mettre les semences à la lumière. Afin de conserver l’humidité, nous les plaçons sous dôme jusqu’à ce que toutes les semences soient germées. La photosynthèse commencera uniquement lorsque les cotylédons se seront développés. Afin d’accélérer la croissance et d’obtenir la taille désirée. Nos micro-pousses sont laissées dans l’obscurité durant quelques jours. Naturellement, la pousse va chercher de la lumière et va donc s’étioler, ce qui permettra plus tard de faciliter la coupe. Mais c’est aussi par choix gustatif que cette technique est employée. Le trop plein de lumière peut avoir tendance à rendre les verdures amères. Les laisser dans l’obscurité permet de diminuer la photosynthèse et de préserver une saveur exceptionnelle.

Pour certaines variétés, les semences seront immergées dans de l’eau avant de les faire germer afin d’accélérer la germination et de s’assurer qu’elle soit uniforme. C’est par exemple le cas du tournesol et du pois. Le trempage permet de raccourcir le cycle de production de plusieurs jours, ce qui est non négligeable pour nous !

comment produire des micro-pousses 

La croissance des micro-pousses

les pousses sont jaunes car elle n'ont pas encore été exposées à la lumière - comment produire des micro-poussesLa plupart des micro-pousses que nous produisons chez Paysage Solidaire ont un cycle de croissance allant de 5 à 10 jours. Une fois que les plants sont mis à la lumière, la photosynthèse va débuter, et en quelques heures seulement, les pousses vont abandonner leur couleur jaune pour devenir vertes! Dans nos locaux de production, nous mettons les micro-pousses sous des néons spéciaux. Ces néons ont une faible consommation énergétique et sont bien plus lumineux que des fluorescents classiques. La croissance peut se faire aussi avec de la lumière naturelle. Seulement, les jours courts durant l’hiver auront pour conséquence un cycle de production plus lent, dû au manque de lumière.

À ce stade, le contrôle de la température et de l’humidité reste primordial pour s’assurer d’avoir des micro-pousses en santé ! Une température moyenne de 20 degrés convient à la plupart des variétés les plus courantes. Une température trop faible risque de ralentir la croissance des plants, alors qu’une température trop élevée peut s’accompagner de risques de moisissures. Les micro-pousses sont cultivées de manière très dense. Pour cette raison, il faut s’assurer d’une bonne circulation d’air afin d’éviter que tout champignon ou phénomène de moisissure apparaisse. Des systèmes de ventilation sont donc constamment en marche pour garantir ce flux d’air. Durant tout le cycle de croissance, il faut maintenir le substrat humide, en arrosant légèrement mais régulièrement. Le manque d’arrosage peut conduire les pousses à mourir rapidement. À ce stade, ce sont des êtres fragiles !

 

Récolte et dégustation

Après quelques jours à la lumière, les pousses arrivent enfin à maturité et sont prêtes à déguster! Les garder sur terreau et couper au fur et à mesure en fonction des besoins permet de garantir une fraicheur inégalée. Une fois coupée, elles se conserveront jusqu’à 7 jours si réfrigérées. Les placer directement au frigo encore sur terreau arrête leur croissance, et permet de les conserver encore plus longtemps. Pour la dégustation, libre à chacun de laisser parler sa créativité ! Elles s’intègrent très bien dans de nombreux plats, salades et soupes.

Voilà ! Est-ce qu’on vous a convaincu de vous lancer dans la production de micro-pousses à la maison ? On espère que oui !